2018
2019
Calendrier

Ariane à Naxos

Ariadne auf Naxos
Richard Strauss

Quand Strauss et Katie Mitchell revisitent la tradition viennoise de l’opéra de caractère. Une mise en abîme d’une redoutable efficacité.

Ariane à Naxos (Maquette de décor) - DR
Jérémie Rhorer © Luc Braquet, Katie Mitchell - DR
Camilla Nylund, Roberto Sacca - DR

Distribution

Jérémie Rhorer direction
Katie Mitchell mise en scène
Martin Crimp dramaturgie
Joseph W. Alford responsable des mouvements
Chloe Lamford décors
Sarah Blenkinsop costumes
James Farncombe lumières

Camilla Nylund Ariane
Roberto Saccà Bacchus
Kate Lindsey Le compositeur
Olga Pudova Zerbinette
Huw Montague-Rendall Arlequin
Jonathan Abernethy Brighella
Emilio Pons Scaramouche
David Shipley Truffaldin
Beate Mordal Naïade
Lucie Roche Dryade
Elena Galitskaya Echo
Jean-Sébastien Bou Un maître de musique
Marcel Beekman Un maître de ballet
Petter Moen Un officier
Jean-Christophe Lanièce Un perruquier
Maik Solbach Un majordome
Guilhem Worms Un laquais

Orchestre de chambre de Paris

  Mercredi 13 mars 2019 à 18h30
Rencontre avec l’équipe artistique

Durée de l’ouvrage 2h50 environ
Opéra chanté en allemand, surtitré en français 

Dès les premières mesures du prologue, on est frappé par la vertigineuse invention du compositeur, jamais démentie d’ailleurs jusqu’à la fin de l’ouvrage. A l’origine sans doute de cette réussite, le livret de Hoffmansthal, qui utilise avec subtilité l’artifice du théâtre dans le théâtre. Strauss et son librettiste font en effet se confronter le « parlé » et le « chanté » sous prétexte de l’organisation d’une représentation d’un petit opéra (celui-là même qui porte le nom d’Ariane à Naxos) et d’un divertissement dans le style Commedia dell’arte. Les deux troupes convoquées rivalisent alors en débats esthétiques et saillies amoureuses qui viendront sans cesse pimenter les préparatifs puis la représentation. Mais tout cela est aussi l’occasion de porter à son comble l’idée de virtuosité vocale (on évoquera pour seul exemple le célèbre air de Zerbinetta… 11 minutes de pure invention lyrique), le tout servi par la somptuosité orchestrale d’un Strauss à l’apogée de ses moyens de composition. Délice des sens assuré.

Pour cette « mise en abîme » à laquelle nous convient Strauss et Hofmannsthal, nous retrouvons Jérémie Rhorer, cette fois-ci au pupitre de l’Orchestre de chambre de Paris (formation dite « à la Mozart » qui trouve dans cet opéra de chambre à l’indéniable parfum classique toute son évidente vocation) et une distribution qui devrait faire merveille, notamment l’immense straussienne qu’est la soprano finlandaise Camilla Nylund, le ténor Roberto Saccà, lui aussi un habitué de l’univers du maître viennois, les délicieuses Olga Pudova et Kate Lindsey et le parfait maître de musique Jean-Sébastien Bou. Plusieurs collaborations récentes avec le Festival d’Aix-en-Provence ont permis d’apprécier toute la richesse du travail dramaturgique et de direction d’acteur de la britannique Katie Mitchell. Cette nouvelle production d’Ariane sera présentée en juillet 2018 dans le cadre du Festival d’Aix. Les parisiens pourront en profiter au printemps suivant.


Nouvelle production du Festival d’Aix-en-Provence
En coproduction avec le Théâtre des Champs-Elysées / Théâtres de la Ville de Luxembourg / Opéra national de Finlande

Videos

Ariane à Naxos Strauss

Des cookies et traceurs permettent d’améliorer votre expérience sur le site.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus cliquez ici